Inscription
à la newsletter
 
Inscription
 
Connexion
 


Mot de passe perdu
Bienvenue  !
Sélectionnez vos artistes préférés
Sélectionnez vos styles
musicaux favoris
 
 
01
02
> And so i watch... > Lescop > Hot Chip > Blur > Foals > Pulp > Muse
+2 en plus
02 SEPT.
> And so i watch... > Lescop > Hot Chip > Blur > Foals > Pulp > Muse
03
04
05
06
07
08
> And so i watch... > Lescop > Hot Chip > Blur
09
10
11
12
13
14
15
16 oct. 2013
JAMES BLAKE
La sirène/La roch..
16
17
18
19
20
21
22
23
24
25
26
27
28
29
30
31
GREAT MOUNTAIN FIRE
Sundogs, qui donne son titre au nouvel album de Great Mountain Fire, est le dernier mot de la dernière chanson de Canopy. Si l’ont pourrait penser que ce nouveau disque reprend les choses là où le quintet bruxellois les avait laissées, cette hypothèse est balayée dès la première écoute.

Après Canopy, premier album et véritable manifeste pop véloce et remuante, le groupe avait étonné en proposant une relecture acoustique du LP qui leur permettait de révéler de nouvelles facettes de sa richesse mélodique et de son inventivité. Près de trois ans plus tard, le groupe émerge après une mise en quarantaine volontaire. D’entrée de jeu, on constate à quel point le bond en avant du groupe est saisissant. Les mélodies en lévitation portées par d’amples reverb souterraines de « Lapis Lazuli », « What Fool ! » et « The Magic » se gravent dans le cerveau reptilien de l’auditeur dès la première écoute, et amorcent un trajet au sein d’un dédale luxuriant dans lequel Great Mountain Fire a choisi de se perdre pour mieux se retrouver.

Tapis pendant plus d’un an dans l’Amerikaans Theater, pavillon américain lors de l’Exposition universelle de 1958, où le disque a été conçu du début à la fin , les cinq Bruxellois, qui jouent ensemble depuis l’enfance, et qu’on a pu croiser dans différentes formations, semblent avoir trouvé la formule chimique d’un psychédélisme à tendances impressionnistes qui irrigue toutes les veines de Sundogs, distillé en touches subliminales – guitare fuzz, bandes magnétiques, jusqu’à cette réverb hantée, omniprésente, captée dans les hauts couloirs de la retraite imposée de Great Mountain. À l’élan aérien des voix et des mélodies répond un groove terrestre. Tour à tour agité de spasmes tropicaux (« 5-Step Fever ») et bercé par une béatitude étrangement lucide (« It looks Perfect to Me »), il forme l’épine dorsale de Sundogs, et l’anime à travers les brouillards analogiques»You Shadow ») et les poussées de fièvre électrique (« Million years of Jetlag »).

Enregistré presque entièrement en live, Sundogs voit Great Mountain Fire partir à la dérive pour se laisser surprendre – et les découvertes qu’il nous apporte sont renversantes.

__

Site de Great Mountain Fire

__