Inscription
à la newsletter
 
Inscription
 
Connexion
 


Mot de passe perdu
Bienvenue  !
Sélectionnez vos artistes préférés
Sélectionnez vos styles
musicaux favoris
 
 
01
02
> And so i watch... > Lescop > Hot Chip > Blur > Foals > Pulp > Muse
+2 en plus
02 SEPT.
> And so i watch... > Lescop > Hot Chip > Blur > Foals > Pulp > Muse
03
04
05
06
07
08
> And so i watch... > Lescop > Hot Chip > Blur
09
10
11
12
13
14
15
16 oct. 2013
JAMES BLAKE
La sirène/La roch..
16
17
18
19
20
21
22
23
24
25
26
27
28
29
30
31
ASA
La symbolique est forte : la première chanson de l’album d’Aşa, "Murder in the USA", évoque un crime : « Who’s gonna save me now / I shot my lover and I ran away ». Catharsis, évidemment. Mais ce point – majestueusement – final d’une histoire d’amour est aussi le point de départ de l’album. Aşa est bien incapable de tuer quiconque.
Et Lucid, son quatrième album, explore toute la palette des états passionnels, du plus doux au pire et du pire au détachement. Toujours, les chansons d’Aşa lui viennent de la vie. La sienne, celles de ses amis, les histoires lues dans la presse. On a toujours deviné qu’Aşa était plus guidée par l’instinct que par le souci de la froide pureté.
En 2007, quand sort son premier album, c’est un tranquille raz-de-marée : disque platine exemplaires, le prix Constantin, des centaines de concerts dans le monde et l’album Live in Paris… Le parcours radieux d’une inclassable révélation qui brouille les catégories classiques entre Europe, Afrique et Amérique, entre soul bien née et folk intuitif, entre pop et reggae en pente douce et chanson saute-frontières. Elle aurait pu continuer à galoper. Mais Beautiful Imperfection sort en 2010, Bed of Stone en 2014… Le nécessaire temps de vivre qui emplit l’âme, le coeur et la voix de telle manière que, par un jour d’été, une chanson jaillisse d’un coup jusqu’à son zénith. Cette spontanéité, c’est ce que souhaitait garder Marlon B, producteur de l’album. Autour de Marlon B, qui a joué et programmé les percussions, une aristocratie de musiciens parisiens aussi virtuoses que précis dans l’écoute – Et, pour la chanson "The Beginning", qu’elle avait dans son ordinateur depuis cinq ans, une visite à Patrice, à Cologne, a tout débloqué.
Tout l’album ne parle que de l’amour sous toutes ses couleurs – la blessure, la joie, le plaisir, la complicité... L’amour espiègle dans "Until We Try", la confiance quémandée dans "You And Me" and "Stay Tonight", la fiancée qui ne voit pas arriver son promis pendant la cérémonie dans "My Dear (Where Are You)". La capitale du Nigeria, ville natale d’Aşa, est aussi présente dans "Happy People". Quant à elle, elle navigue entre sa maison à Lagos, son appartement à Paris et Los Angeles, Nashville, des voyages… C’est aussi à Lagos que s’est forgée la vocation d’Aşa et c’est pourquoi elle explore tous ces sentiments par lesquels nous passons tous un jour – fous, ivres ou écrasés d’amour. Comme toujours, depuis une douzaine d’années qu’elle est apparue dans le paysage, mi-grande soeur apaisante, mi-BFF compréhensive, chantant plus nos vies que la sienne.
Dread This can only be caused by @Asa_official. No one else. #murderintheusa #asa_official https://t.co/KMJbGVz2IL
06 déc-06:39