Inscription
à la newsletter
 
Inscription
 
Connexion
 


Mot de passe perdu
Bienvenue  !
Sélectionnez vos artistes préférés
Sélectionnez vos styles
musicaux favoris
 
 
01
02
> And so i watch... > Lescop > Hot Chip > Blur > Foals > Pulp > Muse
+2 en plus
02 SEPT.
> And so i watch... > Lescop > Hot Chip > Blur > Foals > Pulp > Muse
03
04
05
06
07
08
> And so i watch... > Lescop > Hot Chip > Blur
09
10
11
12
13
14
15
16 oct. 2013
JAMES BLAKE
La sirène/La roch..
16
17
18
19
20
21
22
23
24
25
26
27
28
29
30
31
ANDY BURROWS
Qui est Andy Burrows ? Définir exactement cet affable anxieux de 32 ans est une tâche difficile. Au milieu des années 2000, Andy Burrows était un batteur au chômage. User et Stag, l’avaient mené à une impasse, de tournées dans des toilettes en séparations finales. Puis il a rejoint un groupe indé plein d’avenir, Razorlight, a écrit son plus grand hit, tourné dans le monde entier, joué en tête d’affiche du festival de Reading, et s’est bien amusé, fiestas et bagarres à l’appui. Puis il a quitté Razorlight.

Ayant déjà fait des prouesses en tant que songwriter, il semblait tout à fait raisonnable que Burrows se lance dans une carrière solo. À l’été 2010, sous le nom de I Am Arrows, Andy a publié son premier vrai disque solo, le merveilleusement pop Sun Comes Up Again. Company. Ces dernières années ont vu Burrows atteindre une sorte d’état de grâce incroyablement prolifique. Il s’est tout d’abord associé avec son ami de longue date, le chanteur d’Editors, Tom Smith, sous le nom de Smith & Burrows, pour sortir Funny Looking Angels en 2011, un album de vignettes hivernales et de mélancolie de Noël.

Puis il a accepté de déménager à New York pour devenir membre à plein temps de We Are Scientists aux côtés de Keith Murray et de Chris Cain (il a joué de la batterie sur leur album de 2010, Barbara). Un nouvel album solo était sur sa liste des choses à faire, insiste-t-il, mais dans un futur plus ou moins proche.

« Mon plan était de sortir deux singles pendant qu’on travaillait avec les Scientists, » dit-il, « et puis PIAS m’a offert un contrat discographique. Je me suis dit, ‘Bon sang, s’il y a des gens qui croient en moi, j’adorerais faire un disque’. » Le résultat est l’album le plus vrai de Burrows à ce jour.

A partir de là, Burrows a construit un album saturé de classicisme rock et de mélodies à vif et mélancoliques. Libéré de toute pression, Burrows crée sans effort une musique enivrante. Avec l’aide de Tim Baxter, l’ingénieur du son de Smith & Burrows, il produit lui-même ces chansons, dont certaines existaient sous des formes diverses depuis des années

Company, c’est le son d’un artiste qui s’est libéré de ses chaînes, un tour-de-force d’une créativité déroutante. « Je veux qu’autant de gens que possible l’entendent, » conclut-il. « Chaque jour, je fais attention à ne pas rester inactif. Je veux travailler tout le temps. Je ne veux pas prendre un seul jour de repos avant d’être arrivé là où je veux aller. Je veux avoir un disque à succès, que je l’aie écrit, enregistré ou que j’aie joué de la batterie dessus. Et je continuerai à faire des disques jusqu’à ce que tout le monde les aime. Et à ce moment-là, les gens reviendront en arrière et aimeront les anciens. » Il assène ça comme on donne un coup de poing sur la table. Voilà exactement qui est Andy Burrows.

Site Andy Burrows